S'identifier - Contact

La pizza au poisson

à n'importe quel poisson

D'abord, pêchez un poisson : idéalement un tazar... ou n'importe quel poisson qui aura été assez bête pour manger votre leurre en plastique !
→ plus
• Ma cuisine du bord • Lundi 25/01/2010  • Lu 2926 fois • Version imprimable

Faire son pain en bateau sous les tropiques

Pas scientifique mais ça marche (euh, normalement) !


Et là je vous dis : FACILE, Enfantin, Elémentaire... et je pèse mes mots (mieux que mes ingrédients).
Grâce à la température et l'humidité ambiante, la pâte à pain lève à toute allure et dans les meilleures conditions.

Attention, on n'est pas dans l'absolu avec des mesures au gramme prêt, vous testez puis vous ajustez la fois suivante à votre goût et selon votre inspiration. Vos commentaires et vos photos seront les bienvenus et seront publiés... au boulot !

Je prends donc 500 grammes de farine dans un grand (j'ai dit grand) saladier en plastique (ou ce que vous avez sous la main, on est en bateau tout de même) ;
j'en garde 250 sous la main (boite de farine ouverte)
Dans un bol, versez la quantité de levure sèche que vous trouverez indiquée au dos de chaque paquet. Généralement 1 sachet pour 500 g de farine.
Ajoutez 1/2 verre d'eau tiède (ambiante, il fait souvent 38° à l'ombre) petit à petit en mélangeant. Doucement et longuement pour qu'aucun grumeau ne subsiste. J'insiste.

Ajoutez deux cuillères à café rases de sel fin à la farine et mélangez. Creusez un puit au centre. Versez la levure diluée, ajoutez environ un 1/2 bol d'eau (175 ml) et mélangez à la main jusqu'à ce que la pâte prenne consistance. Mettez en boule (ou essayez en tout cas). Pour décoller l'appareil de vos doigts ou pour épaissir si vous avez mis trop d'eau, ajoutez de la farine de la boite ouverte jusqu'à cette fichue boule veuille bien apparaître et qu'il ne reste que des souvenirs de votre pâte dans votre saladier. Farinez le fond d'icelui et posez votre (jolie) boule dessus.

Couvrez d'un torchon propre et laissez reposer à l'ombre et pis pas pu ! Surveillez d'un oeil de lynx l'évolution de votre affaire et hop, au bout d'une demie heure, votre boule à (forcément) au moins doublé de volume. Sinon, retournez vous baigner.

Quand l'affaire se présente enfin bien, lavez et farinez vos mains, le plan de travail et la plaque du four (généreusement) et transformez votre boule en autant de pains, baguettes, petites boules... que vous inspire la situation. Il n'est pas utile de pétrir des heures. Ajoutez-y ce que vous avez sous la main si l'inspiration vous guide (graines, olives... ) Un adroit coup de couteau sur le dessus pour faire joli comme chez le boulanger et vous laissez regonfler pendant un bon quart d'heure.

Pendant ce temps,  mettez votre four à chauffer (250° - 5 mn). Le quart d'heure passé, ramenez votre four à feu moyen et enfournez bien au milieu de la hauteur du four. Surveillez la cuisson et selon la vitesse du vent, l'âge du capitaine et votre goût prononcé pour le brûlé ou pas, au bout de d'une demie heure de cuisson, vous devriez obtenir

ça !                                                                        ou çà !                                                                 ou encore ça !

  

Suivant les approximations. Mais le résultat est bon, même très bon et on est super contents de soi en tout cas. N'est-ce pas Ernest ?
Malgré la précision [sans failles] de ma recette, on n'a jamais été obligés de jeter un pain. Quelle fierté de faire son pain. J'adore. Mon mari adore, les enfants adorent, c'est tout juste si on ne se bat pas pour le faire.

Dès la deuxième fois, votre inspiration va s'envoler et à vous pizza, fougasses et autres délices du fournil servis "tout chaud".

Essayez, ça en vaut la peine et puis à un demi euro le kilo de farine... ça ne vous aura coûté qu'un peu d'effort et l'effort, c'est très sain en croisière 

Imprimez votre recette et glissez-la dans votre valise.

Amusez-vous bien et racontez nous votre expérience dès votre retour... on compte sur vous !



• Ma cuisine du bord • Lundi 25/01/2010  • Lu 4038 fois • Version imprimable

A table !

La cuisine en croisière tropicale

Bien sûr, en bateau, vous savez déjà qu'on doit faire avec les moyens du bord...

Gambas ça, vous connaissez Le pain, c'est facile quand il fait chaud

D'ailleurs, vous connaissez les crevettes de Madagascar... et ses fruits...
Par contre, saviez-vous qu'on pouvait faire son pain dans le bateau ?
Bon, rassurez-vous, maintenant qu'elle est à Nosy-Be chez Madavoile, Anushka a son propre cuisinier à bord et on a appris ensemble à faire le pain.

On navigue depuis peu avec un équipage.
Avant, je préférai la liberté mais ce n'est bien qu'à deux ou quatre maximum.
Avec plus d'invités à bord, ça pourrait se résumer à la liberté de faire les courses, la cuisine, le service, le ménage et la vaisselle.
Bref, comme à la maison Mesdames ! Finalement, naviguer avec un équipage, c'est une autre façon de faire de la voile : on participe à tout mais on ne fait pas tout.
C'est très reposant et on est sûrs de ne manquer aucune des spécialités locales...

Crabe farci façon asiatique  ordinaire du bord, trop dur

.... comme le crabe farci.                                         Quelquefois, on se ré-approvisionne au gré des rencontres... !

langouste Langouste Langouste

Dans le pire des cas, on rencontre une langouste... ou deux...
Malheureusement, la fin est toujours tragique pour la langouste !
Je vous donne même l'exclusivité de mes recettes bricolées sur place.

Et bien sûr il y a la pêche, mais ça, c'est une autre histoire dont on reparlera ici.


• Ma cuisine du bord • Dimanche 27/12/2009  • Lu 5272 fois • Version imprimable

Recherche


Les blogs que j'aime

Continuer le voyage :
  •  
  •  

Idées de navigations fluviales :

Terre à terre :
  • Scrapcoloring TM
  • ...